Chargement...
 
Plateformes technologiques composant le RBIQ

Université de Sherbrooke

Le Centre d’imagerie moléculaire de Sherbrooke (CIMS) du CHUS : (http://www.cims.med.usherbrooke.ca/) affilié à l’Université de Sherbrooke et inauguré en 1998, regroupe des chercheurs de renommée internationale et de spécialités complémentaires allant de la biologie jusqu’à la clinique, en passant par la chimie pour la conception de radiotraceurs et d’agents de contraste, incluant des sondes bimodales pour l’imagerie sous différentes modalités, ainsi que la physique et le génie pour le développement de l'instrumentation et le traitement des images. Les sept chercheurs du CIMS encadrent une équipe spécialisée formée de professionnels (biologistes, chimistes, physiciens, ingénieurs, informaticiens), d’étudiants et stagiaires postdoctoraux (~30), d’assistants de recherche et de techniciens, qui offre un service expert complet aux usagers du secteur de la bio-imagerie, qu’ils proviennent de l’Université de Sherbrooke ou d’ailleurs. Le CIMS comprend une importante infrastructure dédiée à l’imagerie moléculaire clinique chez l’humain et préclinique en modèle animal à l’aide de la tomographie d’émission par positrons (TEP), de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), de la tomodensitométrie (TDM) et de l’imagerie optique, complémentés depuis peu par la Tomographie d’Émission Monophotonique (TEM) sur modèle animal. Plus précisément, les installations comprennent:

  • Un cyclotron Ebco/ACSI à énergie variable (13-19 MeV) équipé de 8 cibles pour la production des principaux radio-isotopes émetteurs de positons (¹¹C, ¹³N, ¹⁵O, ¹⁸F, ⁶⁴Cu).
  • Un cyclotron ACSI de 24 MeV de haute puissance (500 µA) avec 4 stations d’irradiation isolées pour l’approvisionnement local et la production commerciale de radioisotopes médicaux, incluant du ⁹⁹ᵐTc.
  • Un laboratoire de radiochimie/radiopharmacie équipé de 7 hottes blindées et d’un quinzaine d’unités de radiosynthèse (commerciales ou construites sur place) pour la production des radiotraceurs, et un laboratoire GMP avec salle blanche et hottes dédiés pour la production de radiopharmaceutiques pour l’usage clinique.
  • Deux scanners TEP/TDM Philips Gemini GXL (2005) et TF (2007) pour l’imagerie clinique.
  • Un scanner IRM Siemens 1.5T pour l’imagerie clinique.
  • Deux scanners µTEP à base de photodiodes utilisant la technologie développée à l’UdeS : LabPET™ de Advanced Molecular Imaging Inc. et Flex Triumph TEP/TDM de Gamma Medica/GE Healthcare pour l’imagerie à haute résolution chez les rongeurs.
  • Un scanner prototype TEP/TDM pour petit animal réalisant pour la première fois la fusion matérielle des modalités TEP et TDM au niveau des systèmes de détection.
  • Un scanner µIRM 7T Varian pour l’imagerie haute résolution sur les rongeurs.
  • Un système de tomographie optique 3D pour l’imagerie de fluorescence ou bioluminescence chez le petit animal.
  • Une animalerie entièrement équipée avec plusieurs stations de préparation des animaux (anesthésie, chirurgie, etc.) et aménagée pour l’hébergement simultané de deux espèces d’animaux radioactifs.
  • Un laboratoire d’analyse biologique équipé pour le comptage de radioactivité, l’autoradiographie et l’analyse sanguine.
  • Un laboratoire d’instrumentation très bien équipé pour le développement de détecteurs et d’appareils d’imagerie radioisotopique.
  • Des ressources informatiques comprenant environ 25 postes de travail, 5 stations d’analyse d’images, et une grappe de calcul Linux (10 noeuds/Ethernet 1Gb).

D’importantes subventions d’infrastructure du MDÉIE, de Ressources Naturelles Canada et de la FCI permettront au cours de la prochaine année d’augmenter les capacités de production de radio-isotopes, de doubler les espaces de bureaux et de laboratoires du CIMS, et d’équiper le CIMS d’un IRM clinique 3T et d’un 3e scanner TEP/TDM pour la recherche clinique.